FC090 - Traçabilité de l'Evaluation de la douleur thoracique en SMUR

Flash Communication

Thérèse Szczudlo (1), Delphine Boutrais (1), Laurence Prigent (1), Julien Miklin (1), Marie Texte Lefranc (2), Gaelle Décréau Gaillon (1), Denis Thillard (3), Philippe Roux (1)

1. SAMU-SMUR, CHU Rouen, Rouen, France 2. SU Adultes, CHU Rouen, Rouen, France 3. UPRAS, CHU Rouen, Rouen, France

Diffusion le 06/06/2019

Objectif : Améliorer la traçabilité de l’évaluation de la douleur en SMUR et la qualité de la prise en charge antalgique des douleurs thoraciques.

Introduction : Un audit du SAMU-SMUR réalisé en 2011 a démontré la nécessité d’améliorer la qualité de remplissage des fiches d’intervention (FI). En 2014, suite à une modification de cette FI, une étude a été réalisée afin d’évaluer l’impact des modifications sur nos pratiques. En 2016, la création d’un groupe douleur pluriprofessionnel au sein du SAMU-SMUR, ainsi que notre implication au sein du CLUD (Comité de Lutte contre la Douleur) nous a permis d’améliorer nos pratiques. Depuis 2017 nous étudions toutes les FI sur l’item spécifique EN (échelle numérique) et nous encourageons l’évaluation de la douleur lors des staffs hebdomadaires. En  2018, nous avons choisi d’évaluer la prise en charge antalgique des patients présentant une  douleur thoracique car cette pathologie représente 23% de notre activité.

Méthode : Du 1/01 au 30/09/2018 nous avons analysé quotidiennement toutes les FI des patients adultes souffrant d’une douleur thoracique quelque soit l’étiologie. Pendant les 9 mois de l’étude prospective, 927 fiches ont été étudiées sur 4215 interventions pré hospitalières. Nous avons relevé les EN et les traitements antalgiques mis en place pour chaque patient.

Résultats : 927 fiches ont été recensées dont 696 Interventions Extra Hospitalières (IEH) et 231 Interventions Inter Hospitalières  (IIH). L’EN est notée dans 87,5% cas  (90%  en IEH et 86% en IIH) contre 37% en 2016. Dans 82% des cas, le traitement de la douleur en IIH  est efficace selon les critères des recommandations formalisées d’experts 2010 (Sédation et analgésie en structure d’urgence) contre 68 % en IEH. Dans 2% des cas les patients n’ont pas pu donner une évaluation de leur douleur, et aucune autre échelle d’hétéroévaluation n’a été proposée.

Dans 14% des cas en IIH et 21% des cas en IEH, l’EN n’est pas tracée. En IEH, 16 patients n’ont reçu aucun traitement antalgique malgré une EN élevée.

Discussion : L’amélioration très significative de la traçabilité de l’évaluation de l’EN de 87% en 2018 contre 67% en 2017 (p < 0.001) est liée à la sensibilisation hebdomadaire des professionnels. Cette étude a mis en évidence l'absence d'utilisation de l'échelle d’hétéro évaluation simple (Algoplus) pour les patients non communicants. Le groupe douleur souhaite optimiser la prise en charge médicamenteuse et non médicamenteuse et réévaluer ces actions.

Tags : douleur évaluation traçabilité