FC287 - PROSEDA, évaluation de l'efficacité de la Sédation-Analgésie Procédurale

Flash Communication

Romain Bouygues (1, 2), Pierre Deneau (2), Olivier Pincon (3, 2), Leïla Camboni (2, 1), Gilles Saffray (3), Jérémy Pasco (4), Geoffroy Rousseau (2), Saïd Laribi (2)

1. Département de médecine d'urgence, Centre Hospitalier du Chinonais, Chinon, France 2. Département de médecine d'urgence, CHRU Tours - Trousseau, Tours, France 3. Département de médecine d'urgence, Centre Hospitalier Intercommunal Amboise/Château-Renault, Amboise, France 4. SIMEES - Centre de données cliniques, CHRU Tours, Tours, France

Diffusion le 07/06/2019

Objectif : Evaluation de nos pratiques et de l'efficacité de la Sédation-Analgésie Procédurale (SAP) en médecine d'urgence.

Méthodes : De Janvier à Juillet 2018, nous avons conduit une étude prospective et multicentrique aux urgences et en pré-hospitalier de notre département (4 hôpitaux).

Etaient inclus les patients avec des pathologies nécessitant des procédures médico-chirurgicales douloureuses.

Les 3 groupes de procédures étaient : Groupe A : luxations; Groupe B : fractures déplacées; Groupe C: autres procédures.

Les 3 groupes de médicaments utilisés étaient : Groupe 1 : molécules sédatives; Groupe 2 : morphine; Groupe 3: autres.

Notre critère de jugement principal pour caractériser le succès de la SAP était composite : succès du geste, impression de sédation efficace selon l’urgentiste, et absence de souvenir douloureux selon le patient.

Résultats : 108 patients ont été inclus. 61 SAP (56.5%) étaient considérées comme réussies (3 sous-critères réussis) et 35 SAP (32.4%) n’avaient que 2 critères réussis.

La médiane de la diminution de la douleur (EN) était de 4.5 (IQR=3-7).

La répartition des patients était la suivante : Groupe A : 48 patients (44.4%), Groupe B : 32 patients (29.6%) et Groupe C : 28 patients (26%). Le Groupe 1 était le plus important (n=59, 54.6%) et son taux de succès était plus grand (76.3%) comparativement aux Groupes 2 et 3 (respectivement 22.7% et 40.7%, p < 0.0001).

En analyse univariée, la baisse de la douleur (EN), l’emploi de molécules sédatives et un score de sédation de Ramsay (RSS) supérieur à 2 étaient significativement liés au succès de la SAP, tandis que les procédures du groupe C et l’emploi de morphine seule étaient corrélés à un échec de la SAP. 

En analyse multivariée, seuls le RSS > 2 était favorable au succès de la SAP (OR=4.584 [1.927-11.501], p=0.0008), et le groupe morphine défavorable au succès de la SAP (OR=0.181 [0.051-0.555], p=0.0044). Le taux d’évènements indésirables (EI) (15.7%) était comparable aux autres études internationales sur le sujet. 

Conclusion : Cette étude d'évaluation des pratiques, prospective et multicentrique de 108 patients a montré que l’efficacité n’était parfaite que dans 56.5% des cas, et avait une efficacité correcte dans 88.9% des cas.

L’efficacité globale de la SAP était retrouvée chez des patients sédatés, et l’emploi de morphine seule était prédictif d’échec.

Tags : Sédation-Analgésie Procédurale Efficacité Effets indésirables