CP65 - Les cathéters obturés : une pratique sûre?

Communication Libre

Anthony Millet (1), Sandrine Pinto (2), Florence Beaucher (2)

1. SAU/SAMU/SMUR, CH Laval, Laval, France 2. SAU, centre hospitalier de Laval, Laval, France
Diffusion le 06/06/2019

Introduction : Aux Urgences, l'abord veineux permet à la fois de réaliser un bilan biologique et d'administrer des médicaments. L'utilisation de cathéter veineux obturé est une pratique courante mais son utilisation a été très peu étudiée. Nous avons donc voulu évaluer les effets indésirables incombant à la manipulation de ces cathéters et dans un second temps le taux d'hémolyse lors d'un prélèvement ultérieur.

Matériel et méthode : Cette étude observationnelle, prospective, monocentrique avait été réalisée du 23 octobre 2017 au 5 avril 2018. Les inclusions étaient effectuées 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Un questionnaire était complété par l'IDE en charge du patient avant sa sortie du service. Tous patients de plus de 18 ans ne présentant pas de détresses vitales, qui nécessitaient un bilan biologique avec la possibilité d'être prélevés une seconde fois ou devant recevoir un traitement intraveineux en cas de perturbation du bilan biologique était inclus. La préparation cutanée était réalisée selon les préconisations du CLIN avant la pose du cathéter avec obturateur (KTO). L'opposition du patient correspondait au critère de non inclusion. Le critère de jugement principal était le taux de survenue d'effets indésirables. Une hémoculture était effectuée à l'ablation du cathéter afin de confirmer une colonisation. Pour ne pas omettre des effets indésirables différés les patients étaient contactés par téléphone à 3 jours et 15 jours. Le taux d'hémolyse lors d'un deuxième prélèvement, le respect du protocole de préparation cutanée constituaient les critères secondaires.

Résultats : 300 patients étaient éligibles à la pose de KTO, inclus et analysés. 9.3% d'effets indésirables: 6.3% d'hématomes, 1.7% d'infections, 0.3% de thrombose superficielle. Aucun effet indésirable n'avait engendré de risque vitale. Aucun lien entre la durée moyenne de pose, la durée moyenne de préparation cutanée n'avait pu être établi avec la survenue d'effets indésirables. 21 patients (7%) avaient été prélevés une seconde fois, aucun de ces bilans secondaires n'était hémolysé. 

Conclusion : Les effets indésirables sont dans notre étude peu fréquents et ceux mis en évidence n’entraînent pas de conséquences graves pour les patients. Ce faible taux d'infections est également du au respect du protocole de préparation cutanée. Le faible taux d'hémolyse est positif pour les patients, cela évite de les repiquer et d'engendrer une douleur. Et accessoirement un gain de temps pour les IDE.

Tags : cathéter obturé effets indésirables hémolyse