CP161 - Hémocultures aux urgences : évaluation de la technique de prélèvement par les infirmiers

Clement Lachize (1), Laure Peureux (1), Emilio Alvarez (1), Juliette Ferry (1), Michael Karczewski (1), Karim Pétard (1), Nora Sameur (1), Christelle Hermand (2)

1. SAU, Hopital Saint Antoine, PARIS, France 2. SAU, CHU Saint Antoine, Paris, France

Diffusion le 11/05/2017

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction

L’objectif du prélèvement sanguin pour hémoculture est d’isoler un germe pour adapter une antibiothérapie spécifique. Il requiert une technique et une hygiène de soins rigoureuses.

Le but de notre étude a été d’évaluer cette pratique de soins, de montrer qu’une évaluation ciblée et expliquée aux équipes pouvait modifier les comportements.

Méthodes

Notre travail est une étude mono centrique observationnelle à partir d’un audit interne. Ce travail est réalisé par des infirmiers du service. Le protocole de prélèvement pour hémoculture de l’hôpital a été utilisé comme référentiel pour construire notre grille d’observation.

L’étude s’est déroulée en 3 parties distinctes d’avril 2015 à juillet 2016.

1ere étape : Audit interne au moyen d’une grille d’évaluation de 4 grandes catégories divisés en 13 sous items prédéfinis par le groupe de travail. Seuls les infirmiers du service ont été évalués. Les étudiants, infirmiers de la suppléance et infirmiers intérimaires ont été exclus.

2ème étape : Présentation des résultats globaux aux équipes paramédicales sans dévoiler la grille d’observation et  rappel des règles de bonnes pratiques.

3ème étape : Nouvel audit fondé sur les mêmes critères d’évaluation à 6 mois des présentations des résultats.

Résultats

Sur les 82 prélèvements observés lors du premier audit, nous retrouvons 70% de conformité concernant les règles de bonnes pratiques de soins (identito-vigilance, respect des prescriptions, …) , 48% de conformité en hygiène (antisepsie, lavage des mains), 57% sur la sécurité du soins  (port de gants, matériel sécurisé) et 76% de conformité en technique de soins (ordre de prélèvements, quantité de sang adaptée).

Sur les 96 prélèvements observés lors du 2eme audit et après l’information donnée aux équipes, les résultats étaient respectivement de 84%, 65%, 61% et 92% de conformité soit une augmentation effective de 62,5% à 73,5% de conformité du soin entre les 2 audits.

Les résultats bactériologiques entre les 2 périodes sont comparables.

Conclusion

Cette étude démontre que l’évaluation d’un soin spécifique suivi d’une présentation de résultats associée au guide de bonnes pratiques permet une amélioration de la qualité et de la conformité du soin. L’adhésion au projet étant probablement favorisée par l’implication des personnels au quotidien.

Tags : hémoculture bonnes pratiques audit