CP077 - Facteurs prédictifs d'intubation dans les états de mal convulsifs chez l'adulte aux urgences

anware yahmadi (1), imen mekki (2), aymen zoubli (1), hanane ghazali (3), maroua mabrouk (2), najla heni (4), mahbouba chkir (3), sami souissi (3)

1. service d'acceuil des urgences, Hôpital Régional de Ben Arous, tunis, Tunisie 2. Service des urgences-SMUR , Hopital regional Ben Arous,Tunisie, tunis, Tunisie 3. Service accueil des urgences, Hôpital Régional de Ben Arous, tunis, Tunisie 4. emergency department of ben arous, ben arous tunisia, ben arous, Tunisie

Diffusion le 11/05/2017

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


INTRODUCTION : L’état de mal convulsif (EMC) constitue une urgence neurologique grevée d’une lourde mortalité et est peut être responsable de séquelles fonctionnelles invalidantes. Le recours à l’intubation constitue un tournant majeur dans la prise en charge. Peu d’études se sont intéressées à la description de la fréquence, les indications et le timing de l’intubation au cours des EMC.

OBJECTIF : Identifier les facteurs de risque de recours à l’intubation chez les patients admis aux urgences pour un EMC.

MATERIELS ET METHODES : Etude prospective observationnelle mono-centrique menée sur 3 ans. Ont été inclus tous les patients âgés de plus de 15 ans consultant aux urgences dans un tableau d’EMC. Recueil des données démographiques, cliniques, biologiques, évolutives et des examens complémentaires. Une analyse multi-variée pour identifier les facteurs associés au recours à l’intubation a été réalisée.

RESULTATS : Inclusion de 116 patients. Âge moyen=43±18ans. Sex-ratio=1,69. Dans 88% des cas (n=102), les patients sont arrivés par leurs propres moyens. Tous nos patients n’ont pas eu de prémédication pré-hospitalière. Le délai moyen de consultation était de 67±42min. La crise convulsive était dans 95% des cas  tonico-clonique généralisée. Les étiologies étaient : causes métaboliques (n=33, 28%), arrêt du traitement antiépileptique (n=25, 22%), causes neurovasculaires (n=19, 16%), traumatisme crânien (n=11,10%), infection (n=6, 5%), causes toxiques (n=4, 4%), privation de sommeil (n=6, 5%). Aucun facteur décompensant n’a été identifié dans près de 22% des cas. L’administration d’un antiépileptique de deuxième intention a été instaurée dans 15% des cas. On a eu recours à l’intubation chez 11 patients, soit 9%. L’analyse multi-variée a identifié comme facteurs indépendants de recours à l’intubation : une infection neuro-méningée, avec un OR ajusté à 4,3, IC [1,09-17], p=0,03 ; une glycémie à l’admission >11 mmol/l, OR ajusté à 3,9, IC [1,25-12,24], p=0.01 ; et une crise partielle à l’admission avec un OR ajusté à 4, IC [1,03-10,7], p=0.03.

CONCLUSION : Une infection neuro-méningée, une glycémie >11mmol/l à l’admission et une crise partielle à l’admission sont associés à un haut risque de recours à l’intubation dans les EMC chez l’adulte.   

Tags : etat de mal convulsif urgence intubation