P148 - Étude des appels samu pour convulsions fébriles chez l'enfant et création d'un outil d'aide à la régulation

Julia Schick (1), Jean François Bodin (1), Saïd Laribi (1)

1. DMU, CHU Tours, tours, France

Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/resumes.png /medias/images/design/icos/eposters.png


Introduction : Pathologie courante, les convulsions fébriles concernent 2 à 5% des enfants. C'est un motif fréquent d'appel au Centre 15.  Ces demandes sont particulièrement difficiles à réguler en raison notamment du contexte anxiogène et de l'absence d'interrogatoire direct possible. À partir des données d'activité de notre SAMU, notre objectif est de proposer un protocole de régulation de ces appels pour convulsion fébrile.

Matériel et Méthodes : Etude monocentrique rétrospective réalisée dans le SAMU-CENTRE 15 de notre département entre janvier et décembre 2016 comportant deux phases: d'une part l'analyse des appels pour convulsion chez l'enfant de moins de 15 ans et 3 mois issues du logiciel de régulation d'autre part l'analyse du dossier médical du CHU des enfants admis aux urgences pour convulsion fébrile. Une comparaison a été effectuée entre les enfants ayant bénéficié d'un moyen médicalisé de type SMUR et ceux pris en charge en non médicalisé.

Résultats : Inclusion de 217 enfants dont 40 sorties SMUR. 16 dossiers médicaux n'ont pu être retrouvés, donc non étudiés lors de la deuxième phase. Le SMUR était significativement plus envoyé pour les enfants de moins de 1 an comparativement aux enfants plus âgés. Les critères de gravité ( < 1 an, enfant > 5 ans non connu épileptique, crise partielle ou signe neurologique, coma post critique, crise de plus de 10 min ou récidive de crise, crise post TC, purpura fébrile, cyanose persistante après crise) étaient significativement plus présents à l'appel initial et au bilan secondaire chez les enfants médicalisés ( 75% et 77,5% des enfants versus 17% et 16,5% chez les non médicalisés). Enfin les enfants médicalisés ont été significativement plus hospitalisés (69% versus 38%) et le diagnostic final mettait plus souvent en jeu un pronostic neurologique péjoratif (56,5% versus 27%).

Discussion : Les critères d'envoi de SMUR sont en majorité pertinents devant le devenir des enfants. Nous proposons 6 critères d'envoi réflexe d'un SMUR : enfant < 1 an, crise partielle, crise de plus de 10 min ou qui se répète, coma post critique prolongé, purpura fébrile, convulsion post traumatisme crânien, ainsi qu’un arbre décisionnel. Le rappel systématique à 10 min est proposé dans toutes les situations ou le SMUR n'est pas missionné initialement. Ce travail a permis d'harmoniser notre prise en charge en régulation des appels au SAMU pour convulsion fébrile des enfants.

Tags : Régulation Convulsions fébriles