COV01 - Association entre l'embolie pulmonaire et l'infection à covid-19 chez les patients de service d'urgence bénéficiant d'un angioscanner thoracique : étude rétrospective internationale pepcov

Marie Drogrey (1), Oscar Miro (2), Alessio Marra (3), Anne-laure Féral-Pierssens (4), Andrea Penaloza (5), Barbara A Lara Hernandez (6), Olivier Lucidarme (7), Yonathan Freund (8)

1. Département de médecine d'urgence, Hôpital Pitié-Salpêtrière, Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (APHP), Paris, France
2. département de médecine d'urgence, Hospital clinic, Barcelone, Espagne
3. département de médecine d'urgence, Centro EAS - Emergenza Alta Specializzazione, ASST Papa Giovanni XXIII Hospital, Bergame, Italie
4. département de médecine d'urgence, Hopital europeen Georges Pompidou , Paris, France
5. département de médecine d'urgence, cliniques universitaires saint-luc- université catholique de louvain, Bruxelles, Belgique
6. département de médecine d'urgence, Pontificia Universidad Católica de Chile, Santiago, Chili
7. département de radiologie, Hôpital Pitié-Salpêtrière, Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (APHP), Paris, France
8. département de médecine d'urgence, Hôpital Pitié-Salpêtrière, Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (APHP), Paris, France

Diffusion le 16/10/2020

Introduction: Différentes études ont montré une réponse inflammatoire majeure chez des patients atteints de COVID-19, probablement responsable d'une activité pro-coagulante. On ne sait pas s'il existe une association entre embolie pulmonaire (EP) et infection à COVID-19 dans les services d'urgence. Le but de cette étude était d'évaluer si la COVID-19 est un facteur de risque indépendant d'EP chez les patients suspects d'embolie pulmonaire aux urgences.
Matériel et Méthode : Nous présentons une étude rétrospective incluant 26 services d'urgence de 6 pays en Europe (n=4), au Canada et au Chili. Etait inclus tout patient consultant aux urgences pour lesquels un angioscanner thoracique était réalisé pour suspicion d'EP, sur une période de 2 mois couvrant le pic pandémique. Le critère d'évaluation principal était la présence d'une EP sur l'angioscanner thoracique. Le diagnostique d'infection à COVID-19 était effectué aux urgences soit par scanner, soit par RT-PCR. Une régression logistique binaire multivariée a été faite pour ajuster sur les autres facteurs de risque d'EP. Une analyse de sensibilité a été réalisée chez les patients uniquement inclus durant la période pandémique.
Résultats : Un total de 3358 patients a été inclus, 105 exclus devant un statut COVID-19 inconnu, laissant 3253 patients pour analyse principale. Parmi eux, 974 (30%) présentaient une infection à COVID-19. L'âge moyen était de 61ans (19) et 52% étaient des femmes. Le diagnostic d'EP était confirmé sur l'angioscanner thoracique chez 500 patients (15%). Le risque d'EP était similaire entre les patients atteints de COVID-19 et les autres (15% dans les deux groupes). En analyse multivariée par régression logistique binaire, la COVID-19 n'était pas associée à un risque plus élevé d'EP (Odds ratio ajusté 0,98 intervalle de confiance à 95% 0,76 à 1,26). Il n'y avait pas d'association lorsqu'elle était limitée aux patients en période pandémique.
Conclusion : Chez les patients admis aux urgences bénéficiant d'un angioscanner thoracique pour suspicion d'EP, l'infection à COVID-19 n'est pas associée à une probabilité accrue d'EP. Ces résultats étaient similaires lorsqu'ils étaient limités à la période pandémique. Cependant, ces résultats ne peuvent pas s'appliquer aux patients atteints de COVID-19 en général.

Tags : embolie pulmonaire covid-19 médecine d'urgence