CP132 - Adaptation en temps réel de la présence médicale en fonction de l'activité : pertinence du déclenchement et efficacité du dispositif au sein d'une Structure d'Urgences pédiatriques

Bénédicte Flamand (1), Sabine Jardel (2), Arnaud Berthier (1), Alban Guibert (3)

1. Urgences-SAMU-SMUR, Centre Hospitalier de Bourg-en-Bresse , Bourg-en-Bresse, France
2. Service de médecine interne , Centre Hospitalier Lyon Sud , Lyon, France
3. Urgences/SAMU/SMUR, Centre Hospitalier de Bourg-en-Bresse , Bourg-en-Bresse, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : L’adaptation du nombre de médecins présents aux urgences en fonction de l’activité est une problématique majeure, en particulier dans les Structures d’Urgences (SU) pédiatriques lors des épidémies saisonnières. Nous avons mis en place sur le secteur pédiatrique de notre SU la possibilité d’extension des horaires de présence d’un médecin de 22h à 0h30, dans le cadre d’un «plan hivernal». Le déclenchement de cette mesure, non systématique, était laissé à l’appréciation quotidienne du médecin en charge de la pédiatrie, en fonction de l’activité à 22h. L’objectif de notre étude était d’évaluer la pertinence de son appréciation pour le déclenchement du dispositif, et son efficacité sur l’activité.

Matériel et méthode : Etude observationnelle, prospective, menée du 1er novembre 2016 au 31 mars 2017 dans notre SU. Evaluation de la pertinence de l’appréciation du médecin sur le déclenchement du dispositif à 22h par la comparaison statistique entre les groupes « déclenchés », et « non déclenchés » (critères d’évaluation : Nombre de Patients Présents (NPP) sur les secteurs pédiatrique et adulte à 22h, nombre d’entrées pédiatriques entre 20h et 22h, nombre d’enfants en attente de plus de 2h à 22h). Evaluation de l’efficacité du dispositif par la comparaison de ces mêmes groupes à la fin de la période de déclenchement (critères d’évaluation : NPP à 1h, nombre d’entrées entre 22h et 1h).

Résultats : 5358 enfants ont été admis dans la SU sur la période d’étude. Le taux de déclenchement du dispositif était de 31%. Le NPP à 22h était significativement plus élevé les jours de déclenchement sur les secteurs pédiatrique (9 vs 6, p=5.10-5), et adulte (34 vs 27, p=1,95.10^-5), de même que le nombre d’entrées entre 20 et 22h (4,7 vs 3,7, p= 0,047), et le nombre d’enfants en attente de plus de 2h à 22h (1,58 vs 0,88, p=0,03). Il n’existait plus de différence entre les 2 groupes à 1h (NPP à 1h, 3 vs 2, p=0,24), alors que le nombre d’entrées entre les deux groupes n’était pas significativement différent entre 22h et 1h (8,3 vs 9,5, p= 0,71).

Conclusion : L’appréciation des médecins pour déclencher le dispositif est pertinente, et concorde avec les données de la littérature sur la fiabilité du jugement des soignants dans l’évaluation d’un état de tension. La présence d’un médecin supplémentaire de 22h à 0h30 permet de revenir à l’activité sans déclenchement du dispositif, témoignant de son efficacité. Il sera reconduit et adapté selon l’évolution de l’activité.

Tags : Indicateurs d'activité indicateurs de tension urgences pédiatriques plan hivernal