P039 - Insuffisance cardiaque en service d'urgence. Profil des patients et description de la prise en charge (ICSAU).

Clément Fayolle (1, 2), Mikaël Martinez (3, 1), Radia Spiga (1), Abdesslam Redjaline (1), Ludovic Cailasson (4), Albert Birynczyk (5), Pascale Cavalli (6), Alain Viallon (7)

1. Réseau d'Urgence Ligérien Ardèche Nord (REULIAN), CH Le Corbusier, Firminy, France 2. Urgence, CH Le Corbusier, Firminy, France 3. Urgence/SMUR, CH du Forez, Montbrison, France 4. Urgence/SMUR, CH d'Ardèche Nord, Annonay, France 5. Urgence, Hôpital Privé de la Loire, Saint-Etienne, France 6. Urgence/SAMU, CH de Roanne, Roanne, France 7. Urgence, CHU de Saint-Etienne, Saint-Etienne, France

Diffusion le 11/05/2017

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : L’insuffisance cardiaque aiguë (ICA) est un motif fréquent de consultation aux urgences. Cependant peu de données concernant le profil des patients et leurs conditions de prise en charge en sont issues.

Méthode : Etude observationnelle multicentrique décrivant les caractéristiques, la prise en charge et le devenir des patients présentant une ICA. Tous les patients admis aux urgences pour insuffisance cardiaque dans sept structures d’urgence d’un réseau territorial de médecine d’urgence ont été inclus pendant deux mois. Nous avons recueillis les antécédents, les présentations cliniques, le bilan paraclinique, les traitements administrés, le diagnostic final et l’orientation. ICSAU a bénéficié de l’autorisation de la CNIL.

Résultats : 251 patients inclus du 4/01 au 03/03/2016, âge médian : 85 [79-90] ans. Le vecteur d’entrée était une ambulance dans 66% des cas et un SMUR dans 3%. Les patients étaient à 72% hypertendus, à 45% insuffisants cardiaques connus, à 43% en fibrillation atriale et suivis par un cardiologue dans 53% des cas. 16% avaient été hospitalisés pour ICA dans l’année précédente. Le principal symptôme était la dyspnée (56%) avec comme facteurs déclenchant une infection (31%) ou un trouble du rythme (19%). Bien que les symptômes évoluaient depuis 7,8 jours en moyenne, aucune mesure thérapeutique n’avait été prise auparavant dans 64% des cas. Seuls 3% des patients étaient choqués. Le bilan paraclinique a inclus : ionogramme avec créatinine (98%), ECG (96%), dosage du BNP ou NTproBNP (96%), radiographie thoracique (94%), ETT (31%, dont un tiers par urgentiste). Furosémide, oxygène et dérivés nitrés ont été administrés dans respectivement  90%, 61% et 10% des cas. 3% des patients sont décédés aux urgences et 81% ont été hospitalisés dont un tiers en secteur cardiologique ; 40% sont passés par l’UHCD. La concordance de diagnostic entre la sortie des urgences et celui en sortie d’hospitalisation retrouvait un accord modéré (test ? de Cohen à 0,41).

Discussion : ICSAU est une des rares études descriptives de la prise en charge de l’ICA aux urgences. Elle décrit une population âgée, majoritairement suivie par un cardiologue avec cependant peu d’éléments disponibles à l’accueil en SU. Nous notons une bonne utilisation des peptides natriurétiques mais une sous utilisation de l’échographie aux urgences expliquant une concordance de diagnostic perfectible entre SU et services d’hospitalisation ainsi qu’une sous utilisation des dérivés nitrés.

Tags : insuffisance cardiaque filière de soins urgence